Question écrite : Inscription au dispositif des colos apprenantes

Question écrite : Inscription au dispositif des colos apprenantes

M. Jean-Michel Jacques attire l’attention de M. le ministre de l’éducation nationale, de la jeunesse et des sports sur les modalités d’inscription des enfants et des jeunes aux « colos apprenantes » dans le cadre de quartier d’été. L’État, à la suite des périodes de confinement qu’a connues le pays, a créé en 2020 le dispositif des « colos apprenantes ». Les mesures de lutte contre la pandémie ont privé la jeunesse du cadre scolaire et extra-scolaire habituel pendant les différents confinements. Ce dispositif vise à répondre aux besoins d’expériences collectives, de partage et de remobilisation des savoirs des enfants et des jeunes, notamment issus des quartiers prioritaires politique de la ville, des zones de revitalisation rurale ou de familles monoparentales. Ces séjours répondant bien aux besoins des enfants et des jeunes des territoires et familles durement touchés par les effets de la crise ont été reconduits pour l’été 2021. M. le député souhaite alerter M. le ministre sur les modalités d’inscription qui freinent la dynamique notamment dans les zones rurales, où les collectivités n’ont pas les mêmes moyens que les communes relevant de la politique de la ville. Lorsque les collectivités ne sont pas partenaires et ne s’inscrivent pas dans la démarche d’inscription des enfants et jeunes, l’inscription par les parents est difficile voire impossible. Les familles doivent en effet vérifier leur éligibilité auprès de la JPA (Jeunesse au plein air), c’est-à-dire vérifier si elle est éligible à la subvention de l’État. Au-delà du fait que le dossier est uniquement numérique, la JPA ne répond pas aux parents et le site est même fermé à ce jour (6 juillet 2021), en raison d’un trop grand nombre de demandes. Le site de la JPA annonce 7 000 demandes à traiter, alors que les colos doivent accueillir 250 000 jeunes. Les services de la JPA ne semblent clairement pas dimensionnés pour traiter l’ensemble des inscriptions des particuliers. Ainsi, toute une partie du public visé par ce dispositif se retrouve dans l’impossibilité de participer à ces colos et seuls les enfants des familles dont les mairies accompagnent l’inscription peuvent y participer. Alors, il souhaite savoir comment permettre à toutes les familles ciblées, déjà éloignées du droit commun et encore plus fragilisées en raison de la crise, d’inscrire de manière simple leurs enfants aux colos apprenantes.