Intervention sur la singularité militaire

Intervention sur la singularité militaire

Je suis intervenu mercredi 4 novembre en commission de la défense et des forces armées, lors de l’audition de M. Francis LAMY, président du Haut Comité d’évaluation de la condition militaire (HCECM), concernant le 14e rapport du HCECM sur les pensions militaires de retraite.

Je l’ai interrogé sur la différence entre « pension » et « retraite » et la notion de singularité militaire. 

 

En février dernier, dans le cadre du projet de loi instituant un système universel de retraite, j’ai porté un amendement précisant que la pension militaire n’était pas une pension de retraite ou une pension de vieillesse mais bien une rémunération différée, compensatrice et proportionnelle aux sujétions et aux servitudes exorbitant du droit commun auxquelles les militaires sont soumis, sans droit de retrait, une rémunération pour leur discipline, leur disponibilité, leur loyalisme et la neutralité qui caractérise leur engagement qui peut parfois aller jusqu’au sacrifice suprême.
En somme, la pension militaire est une forme de reconnaissance de la Nation vis-à-vis de la singularité militaire.