Question écrite : prime exceptionnelle pour les aides à domicile

Question écrite : prime exceptionnelle pour les aides à domicile

M. Jean-Michel Jacques interroge M. le ministre des solidarités et de la santé sur le versement d’une prime exceptionnelle aux aides à domicile dont l’action pendant la crise sanitaire a été indispensable. Leur action, déjà très appréciée en temps normal, s’est révélée indispensable pour protéger de la covid-19 les personnes âgées et dépendantes. Travaillant avec des protections parfois présentes en nombre insuffisant, ces Françaises et Français de la première ligne ont continué à se rendre quotidiennement chez les personnes dépendantes et vulnérables. Face au risque de contamination, elles n’ont pas renoncé, faisant preuve d’un très grand altruisme. Compte tenu de ce dévouement pendant l’épidémie et le confinement, ces personnes méritent la même considération que les soignants des établissements publics de santé, dont le travail et l’engagement est d’ores et déjà récompensé. Pourtant, dans le décret n° 2020-568 du 14 mai 2020 relatif au versement d’une prime exceptionnelle aux agents des établissements publics de santé et à certains agents civils et militaires du ministère des armées et de l’Institution nationale des invalides dans le cadre de l’épidémie de covid-19, les aides à domiciles et soignants hors secteur hospitalier sont exclus de toute possibilité de prime puisqu’ils ne dépendent pas de la fonction publique d’État et hospitalière. À cela s’ajoute le fait que les aides à domicile ont un salaire proche du SMIC (voir grille indiciaire de catégorie C, filière médicosociale : entre 1 537 et 1 949 euros bruts par mois pour un temps plein) et travaillent souvent à temps partiel. Il l’interroge alors sur la possibilité que l’État et les conseils départementaux reconnaissent ce dévouement en attribuant aux aides à domicile de tous les secteurs une prime exceptionnelle désocialisée et défiscalisée.

En attente de la réponse