[COVID19] Face à la crise : l’Europe est là !

[COVID19] Face à la crise : l’Europe est là !

Après trois jours de négociations, le 9 avril, les ministres des Finances de l’Union européenne, Eurogroupe, se sont accordés sur une réponse économique commune face à la crise du coronavirus : un accord de grande ampleur sur un ensemble cohérent.

Cet accord repose sur quatre piliers :

  • Activation d’une ligne de crédit du Mécanisme Européen de Stabilité (MES)

Le MES est entré en vigueur en septembre 2012. Il a pour but de fournir une aide financière aux Etats membres confrontés à de graves problèmes de financement. Cet outil de gestion de crise permet aux pays de la zone euro de maintenir leur stabilité financière.

Pour faire face à la crise du covid-19, il pourra être activé pour soutenir le financement des coûts directs et indirects de cette crise, sans aucune conditionnalité macro-économique. L’accès à cet outil de financement était par le passé toujours conditionné à la mise en place de réformes économiques.

Ce dispositif va ainsi permettre aux Etats membres de réserver des prêts, représentant jusqu’à 2% du PIB, soit 240 milliards d’euros.

 

  • Mobilisation accrue de la Banque Européenne d’Investissement (BEI)

La BEI va créer un fonds de garantie de 25 milliards d’euros qui permettra de dégager 200 milliards d’euros de financement pour les entreprises, en particulier pour les PME.

 

  • Création du dispositif « SURE »

La Commission européenne va mettre en place un nouvel instrument pour aides les Etats membres à financer les mesures en faveur de l’emploi, et en premier lieu l’activité partielle.

 

  • Création d’un fonds de relance

Sous la proposition de la France, les Etats membres se sont aussi accordés pour la création d’un fonds de relance destiné à financer la reprise de l’économie européenne. Cet instrument permettra en effet de financer en commun des dépenses utiles de relance de l’activités économiques dans les pays européens les plus gravement touchés par la crise sanitaire du covid-19.

La France propose que ce fonds puisse financer jusqu’à 3 points de PIB européen de dépense commune, soit 500 milliards d’euros.

 

Avec cet accord, les Européens démontre leur solidarité et leur esprit de responsabilité pour faire face ensemble à la crise économique.

La France a notamment joué un rôle décisif à toutes les étapes de la négociation, pour faire des propositions innovantes et à la hauteur de la crise, défendre un très haut niveau d’ambition  et bâtir le consensus européen. Le résultat obtenu est une très bonne nouvelle pour les Français et les Européens, il permettra de soutenir les entreprises et nos économies de manière massive.