[COVID19] : Appel aux compagnies d’assurances et aux banques

[COVID19] : Appel aux compagnies d’assurances et aux banques

Dans le contexte sanitaire actuel, j’ai souhaité alerter Monsieur Bruno LE MAIRE, Ministre de l’Economie et des Finances, par l’envoi de deux courriers distincts, sur le financement du fonds de solidarité par les compagnies d’assurance et sur le report d’échéances des prêts immobiliers pour les particuliers.

Le financements du fonds de solidarités par les compagnies d’assurance

 

Dans la période difficile que nous traversons, les compagnies d’assurances doivent jouer leur rôle pour soutenir les entreprises et ainsi amenuir la crise économique qui s’annonce. La Fédération Française de l’Assurance (FFA) a ainsi annoncé de contribuer au fonds de solidarité pour les entreprises les plus impactées par la crise, à hauteur de 200 millions €. Pourtant, ce montant parait bien faible compte tenu des milliards d’euros que vont représenter les pertes d’exploitations pour nos entreprises.

Les compagnies d’assurances doivent être au rendez-vous et montrer par des gestes financiers importants leur pleine implication.

 

 

Le report d’échéances des prêts immobiliers pour les particuliers

 

Avec l’instauration des mesures de confinement depuis la mi-mars, bon nombre de Français se retrouvent mis en activité partielle, ce qui va amputer dans les prochaines semaines et prochains mois leurs revenus et donc leur pouvoir d’achat. Par ailleurs, parmi ces Français bon nombre d’entre eux peuvent avoir contracter un prêt immobilier auprès d’une banque, et leur perte de pouvoir d’achat immédiate ne sera pas sans conséquence sur leur capacité à rembourser leurs échéances.

Toutefois, bien que des reports soient déjà mis en place par les banques françaises, ils engendrent une hausse du coût du crédit bancaire et donc des coûts supplémentaires de remboursement d’intérêts notamment. De plus, la possibilité de report d’échéances ne peut être activée qu’au bout de deux ans et ne concernent donc pas les prêts contractés récemment. D’autre part, la modulation de crédit, qui permet d’abaisser les mensualités jusqu’à 30% de leur montant mensuel, engendre également des frais supplémentaires pour les particuliers.

Aussi, à l’heure actuelle, les ménages françaises ne disposent pas de la possibilité de décaler ou de moduler le remboursement de leur prêt immobilier sans coûts supplémentaires, ni pénalités.