Rencontre avec la direction du Groupe Hospitalier de Bretagne Sud

Rencontre avec la direction du Groupe Hospitalier de Bretagne Sud

Après avoir rencontré à tour de rôle les syndicats du GHBS (article s’y rapportant), j’ai rencontré M. Gamond-Rius directeur du Groupe Hospitalier Bretagne Sud et son adjoint M. Philibert. Lors de cet entretien nous avons évoqué ensemble des sujets essentiels comme :

 

  • La maison médicale de garde : Accord pour qu’elle se rapproche des urgences – foncier disponible – vote négatif des médecins pour l’instant.

 

  • Les urgences gériatriques : Réflexion en cours sur la clinique du Ter. Travail à mener sur l’externalisation à domicile des équipes de gériatrie internes de l’hôpital (en attente d’un appel à projet de l’ARS)

 

  • Le recrutement des aides-soignants : Peu de jeunes en formation – il faudrait mieux rémunérer le travail de nuit, le weekend et la permanence des soins afin de valoriser ceux qui travaillent le plus.

 

  • Le plan d’urgence : Il ne faut pas que la reprise de la dette de 10 milliards d’euros serve uniquement à renflouer les hôpitaux lourdement déficitaires, mais bénéficient à tous afin que les hôpitaux à la gestion saine puissent améliorer leur capacité à emprunter et investir.

 

  • Le manque de place dans le territoire de santé numéro 3 : Il faut un redéploiement équitable des places dans la région Bretagne.
Autres sujets :

Fonctionnement de l’ARS – Fin du numerus clausus – Rémunération au forfait – EHPAD Hospitalier – IBODE – MERN

Sujets annexes :

Transports – incidence des travaux du Pont du Bonhomme sur les agents administratifs

 

 

Plan d’urgence et de soutien à l’hôpital public
  • Mesures inédites et massives pour répondre aux besoins exprimés par les personnels hospitaliers.
  • La situation vient de loin – la logique budgétaire primait sur la logique de soin = urgences saturés et déserts médicaux. 
  • Ma Santé 2022 réforme toute l’organisation des soins en France (fin du numerus Clausus – renforcement lien médecine de ville et milieu hospitalier – transition numérique…)
  • Le plan hôpital s’inscrit dans le plan ma santé 2022. 
  • Le but est de redonner la possibilité à l’hôpital public de se consacrer à son métier : le soin.

 

Mieux payer les soignants en restaurant l’attractivité de l’hôpital : prime de 100€ nets mensuels dès 2020 pour les aides-soignants qui exercent en gériatrie / prime pérenne de 800€ par an aux infirmiers et aides soignants qui gagnent moint de 1900€ nets mensuels vivant à Paris ou petite couronne / prime d’engagement revalorisée sur les métiers en tension (médecins-infirmiers-manipulateurs radio). / revalorisation et extension de la prime d’engagement dans la carrière hospitalière. 

 

Renforcer les moyens financiers de l’hôpital : 1,5 Mds€ d’augmentation du budget de l’assurance maladie jusqu’en 2022 / Tarifs des actes ne baisseront pas jusqu’en 2022 / 150 Millions€ sur 3 ans dans l’investissement dans le quotidien et l’exercice du métiers des personnels / Dette des hôpitaux reprisent à hauteur de 10 Mds€

 

Accompagner la transformation de l’hôpital public : Renforcement de la place du médecin dans l’organisation de l’hôpital / recréer la confiance au sein des équipes hospitalières avec un investissement récompensée d’une prime pour les personnes impliquées dans l’organisation quotidienne / Simplifier la gestion du quotidien en allégeant charges administratives et les modalités de recrutement / Mettre fin aux abus de l’intérim médical en favorisant la permanence des soins en établissement de santé d’ici juin 2020.