Pourquoi je soutiens la méthanisation agricole ?

Pourquoi je soutiens la méthanisation agricole ?

Intéressé et concerné par le développement vertueux de la méthanisation agricole, je participe depuis le début de ma législature à favoriser cette production auprès des agriculteurs. J’ai, en ce sens, interrogé à plusieurs reprises le Ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation ainsi que celui de la Transition Ecologique et Solidaire.
En janvier dernier, je leur ai notamment exposé le projet collectif d’injection de biométhane portée par l’association des Méthagris du Blavet. Cette association, constituée de huit exploitations agricoles, projetait la production de biogaz par chacune des exploitations, avec la mise en commun d’un point d’injection, vers lequel sera transporté le gaz produit dans les huit exploitations.
Cependant, les textes législatifs et réglementaires en vigueur ne permettent pas l’injection de gaz issus de plusieurs exploitations en un point unique du réseau. En effet, le tarif du gaz est calculé sur le volume total mis sur le point d’injection. Il ne permet pas ainsi de dégager une rentabilité économique pour un groupement d’exploitants, puisque le tarif est dégressif en fonction de la quantité produite selon un arrêté de 2011.
Par le biais d’une question orale, j’ai ainsi interrogé M. Sébastien LECORNU, qui a confirmé que le Gouvernement travaillait à ce qu’une installation de production de biométhane puisse bénéficier d’un tarif d’achat déterminé à partir de la production de plusieurs sites de production.
Aussi, pour me rendre compte des bienfaits de cette avancée pour les projets à venir, je suis allé, ce lundi 26 novembre, visiter le GAEC du Quinquis sur la commune de St Aignan, résolument tourné vers la production d’énergies renouvelables : méthanisation et énergie solaire. Les quatre associés de cette exploitation, convaincus par cette production, m’ont ainsi fait part de leurs démarches. Ils m’ont également informé de leurs futurs projets, notamment la construction d’une stabulation laitière productive d’énergie solaire, ainsi que leur ambition de voir plusieurs de leurs bâtiments agricoles produire et consommer leur propre énergie.
 
En parallèle, le Président de la République, a rappelé mardi 27 novembre la nécessité de réussir la transition écologique et solidaire afin de cesser de produire des énergies carbones. De plus, afin de continuer nos habitudes de déplacement, de chauffage, de consommation, de production, il faut que le pays soit en mesure de produire des énergies de substitution au pétrole et au charbon : des énergies renouvelables. Pour cela, l’accent va être mis sur la méthanisation, qui a un rôle essentiel à jouer dans le mix énergétique dont nous avons besoin dans les années à venir.
Cette production est doublement bénéfique puisqu’elle permet une production de proximité, entraînant moins de coût de transport et offrant des perspectives à nos agriculteurs, notamment une diversité de revenus.
Le développement de la méthanisation se place donc pleinement au cœur des activités agricoles futures, mais aussi dans le cadre d’une stratégie globale en matière de transition énergétique, de biodiversité et d’écologie.