Question écrite : Optimisation du recrutement et de la formation des gardiens de la paix

Question écrite : Optimisation du recrutement et de la formation des gardiens de la paix

M. Jean-Michel Jacques attire l’attention de M. le ministre d’État, ministre de l’intérieur, sur la perte de spécialisation des gardiens de la paix de la police nationale, induite par l’existence d’un concours unique pour ce même corps de métier. Selon le service d’affectation, les activités et les missions d’un gardien de la paix peuvent être très différentes : sécurité des personnes des biens et des institutions, contrôle aux frontières, lutte contre la délinquance, maintien de l’ordre public, formation, enquêtes et missions de surveillance. Par exemple, les gardiens de la paix en compagnie républicaine de sécurité (CRS) et les gardiens de la paix affectés dans un service de police judiciaire réalisent des missions distinctes : les premiers veillent au maintien de l’ordre public tandis que les seconds assistent les lieutenants de police lors des enquêtes et des missions de surveillance. L’existence d’un concours et d’une formation uniques à tous les gardiens de la paix conduit à une sélection biaisée (compte tenu des motivations différentes) et à une perte de spécialisation (concours et formation commune à tous, peu importe le service d’affectation). La mise en place de deux concours différenciés – l’un pour les agents ayant vocation à intervenir sur la voie publique et l’autre pour les agents ayant vocation à effectuer des enquêtes et des missions de sécurité – permettrait de pallier ce problème. Il souhaiterait donc être informé des dispositions que compte mettre en place le Gouvernement afin d’optimiser le recrutement et la formation des gardiens de la paix.