Méthanisation agricole – Intervention à l’hémicycle

Méthanisation agricole – Intervention à l’hémicycle

Vous trouverez ci dessous ma question à Monsieur Sébastien Lecornu, Secrétaire d’état auprès du Ministre de la Transition écologique et solidaire.

 

 

Monsieur le Ministre, je sais pour avoir déjà échangé avec vous sur ce sujet que la méthanisation agricole vous tient particulièrement à cœur.

Ces dernières semaines, dans le Morbihan, j’ai rencontré plusieurs agriculteurs qui ne regrettent pas d’avoir investi dans cette activité pour plusieurs raisons :

– Ils s’assurent des revenus de nature différente en produisant cette énergie renouvelable.

– Ils contribuent à la réduction des émissions de gaz à effet de serre en valorisation des effluents agricoles.

– Enfin, grâce à la méthanisation, ils participent à la création d’emplois dans leurs territoires ruraux.

Toutefois, malgré ces points positifs que je viens de vous citer, les objectifs du plan « Énergie Méthanisation Autonomie Azote » lancé en 2013, sont loin d’être atteints !

Je vois au moins 2 freins. Le premier est financier.

Le coût trop élevé des installations qui permettent l’injection du biogaz dans le réseau est prohibitif pour les projets portés par des exploitations agricoles de taille modeste, ce qui est bien regrettable car, comme vous le savez, ces petites unités de production ont l’avantage d’être plus acceptable socialement. Pour faire face à cette contrainte financière, la seule solution pour ces petits exploitants agricoles est de réaliser des projets collectifs dit : d’« injection portée ».

Pour autant, nos agriculteurs se trouvent aussi limités par un deuxième frein :  La règlementation qui ne permet pas à plusieurs porteurs de biogaz identifiés d’injecter dans des conditions financières acceptables sur un point unique du réseau de gaz GRDF. Le calcul de la rémunération du gaz basé sur une dégressivité en fonction du volume injecté ne permet pas d’atteindre l’équilibre économique. La solution serait par exemple de créer un tarif de base sur la production de chaque site.

Les agriculteurs bretons sont prêts à expérimenter un projet de biométhane porté en collaboration avec les collectivités et syndicats d’énergie.

Monsieur le ministre, sur cet enjeu de transition énergétique, nous avons besoin de votre soutien ! Aussi, je souhaiterais savoir si le gouvernement envisage de lever ces freins financiers et règlementaires afin que les exploitations agricoles de taille modeste puissent produire plus facilement du Biogaz.